Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ambreCoolTravel.over-blog.com

ambreCoolTravel.over-blog.com

J'aime voyager, découvrir, faire partie d'un lieu sans en faire partie

Journée d été à calais

Musée mémoireMusée mémoire
Musée mémoireMusée mémoire
Musée mémoireMusée mémoire

Musée mémoire

En 1962, par la volonté et l’opiniâtreté de trois citoyens calaisiens messieurs Deroide, Le Sourd et Wiart, membres du conseil d’administration du Syndicat d’Initiative, le musée de la Seconde Guerre mondiale voit le jour dans ce bunker qui a conservé son cachet d’origine. L’inauguration se déroule le 1er septembre 1962. Dès son ouverture le musée a recu de nombreux dons des habitants de la région qui constituèrent les premières collections, aujourd’hui propriété de la ville de Calais.
A la fin des années soixante le musée ne comptera que 4 salles d’exposition. Aujourd’hui il y en a 22 agrémentées d’équipements d’époque toujours visibles ((système électrique, de ventilation, de chauffage, attaches de lits…). Présentés sur près de 500 mètres linéaires des armes et munitions neutralisées, uniformes, équipements et autres objets militaires d’époque sont ainsi exposés. Le musée dispose aussi d’une impressionnante collection d’affiches et de nombreuses photos de la ville pendant cette période. Enfin une salle de projection propose au public un film d’archives de 1943.
L’idée était qu’à travers des documents et objets exposés dans un site historique construit pendant la période d’occupation allemande, la flamme du souvenir de la résistance, des sacrifices de la population du calaisis et des années noires de cette époque soit entretenue. La présentation essentiellement iconographique a pour but de donner aux visiteurs un aperçu de l’histoire de la guerre à Calais et dans sa région au cours des années 1939-1945.
Plusieurs clichés pris au début des années 60, montrent l’état des pièces à cette époque. Mais ces photographies ne reflètent que partiellement l’important travail de remise en état du batiment avant son ouverture au public et qui continuera encore pendant de nombreuses années. Notamment la réalisation d’une chape lisse de béton au sol dans la dernière partie du musée (C) et la remise en peinture de l’ensemble.

Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais
Journée d été à calais Journée d été à calais

Jeanne Thil, née à Calais et formée à l’École des Beaux-arts de Paris, forçant une porte alors interdite aux femmes qui eût à son époque une renommée certaine, caractérisée par des commandes publiques et plus encore des commandes privées et qui a fait l’objet d’une exposition rétrospective en 1958, était tombée dans l’oubli depuis.

Peintre d’histoire, célébrant les grandes heures historiques de la France et notamment celle des bourgeois de Calais qui, en 1347, remirent les clefs de la ville aux Anglais. Jeanne Thil s’est vue confier un mur du salon d’honneur de la mairie de Calais pour y livrer une fresque, qui répond en miroir à la fameuse sculpture de Rodin, implantée sur le devant de l’hôtel de ville.
À partir de ses « lointains voyages », titre de l’exposition, mais qui, outre l’Espagne et l’Italie, ne peut citer qu’un long séjour en Tunisie en 1921, elle développe la peinture exotique (le café des nattes de Sidi Bou Saïd, le charmeur de serpents de Kairouan…). On trouve alors ses tableaux dans tous les intérieurs bourgeois de la ville.

Rendre attractifs les territoires coloniaux

Elle accompagne surtout l’histoire coloniale de la France. Elle y déploie une vision colorée et tranquille des territoires inconnus, où tout est serein, attractif ; un monde respectueux des rapports sociaux de l’époque, où les femmes portent les paniers de fruits ou les jarres d’eau, pendant que les hommes s’affairent auprès des dromadaires.

Jeanne Thil s’inscrit dans son siècle en étant très recherchée pour les expositions coloniales (celle d’Anvers en 1930, de Paris en 1931, de Rome la même année, de Naples en 1934, de Bruxelles en 1935). Beaucoup de ces décors réalisés pour des installations éphémères ont disparu. Les affiches incitant aux voyages lointains en empruntant les liaisons trans-méditerranéennes ou transatlantiques contribuent à rendre attractifs les territoires coloniaux.

À Lille, on peut voir une fresque monumentale, réalisée au moment de l’édification de la faculté des lettres, rue Auguste Angellier. Pour l’installation de Sciences Po, elle a fait l’objet d’une restauration qui la montre dans toute sa fraîcheur.

Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais
Journée d été à calais

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article